La chevauchée anonyme

Il racontait sa vie par bribes, avec des silences, sans s’arrêter toujours aux curiosités de ceux qui l’écoutaient. Il y avait des périodes sur lesquelles il restait discret, même avec les plus proches. Le récit que nous publions aujourd’hui, La Chevauchée anonyme, est plus qu’une tranche de vie: c’est une démarche constante, un engagement entier, des exigences obstinées s’il en fut, autour d’un moment déterminé et déterminant de la vie d’un militant. « Pas facile. Trop exigeant. Et parfois tu ne peux pas être aussi régulier, aussi simple que tu l’exiges ou l’attends des autres. »
Vrai ? Louis Mercier s’est volontairement donné la mort, le 20 novembre 1977. Il avait fait le bout de chemin qu’il voulait faire. Comme une traînée lumineuse pour ceux qui ont eu le privilège de son amitié; ses livres sont là pour continuer d’accompagner et d’interpeller ceux qui apprécient une pensée libre. Une liberté qui s’est toujours inscrite dans le mouvement anarchiste, dans un mouvement de changement social radical : marquée à l’inquiétude, à la recherche de la connaissance, au questionnement de la réalité et de l’évolution sociétaire…

Liga   Mercier.Chevauchée

Wednesday, May 15th, 2013 Anarchicus, FRANÇAIS